Prédication du 30 avril 2017 par la pasteur Sarah-Isaline Golay

Prédication Luc 24.13-35

Les pèlerins d’Emmaüs

Sur le chemin d’Emmaüs, les deux disciples parlent de tout ce qui vient de se passer… Ils parlent et ils marchent, ils discutent et reparlent, un peu comme s’ils ressassaient, tournaient en rond tout ces événements : l’arrestation, la crucifixion, la mort de Jésus, ils stagnent, tournent en rond dans leurs paroles, leurs tristesses, leurs déceptions.

Ils parlent et ils marchent…

 La seule façon de rompre leur discours, leur tristesse, leur déception, ce circuit fermé sur lui-même sera l’intrusion d’un autre dans leur chemin. Cet autre, c’est Jésus, il vient rompre leur tourbillon de pensées et de déceptions. Il les accompagne un temps, il marche sans parler, juste sa présence puis par sa question, il les invite à s’arrêter, s’arrêter de marcher mais aussi s’arrêter de ressasser pour dire, dire de manière claire leur perte, leur tristesse.

Jésus leur permet de prendre le temps pour dire, pour s’arrêter. C’est le début d’un chemin de résurrection. La tierce personne qu’est Jésus et qu’ils ne reconnaissent pas encore leur communique par sa présence une nouvelle manière d’appréhender la réalité. Et les disciples racontent, racontent leurs déceptions, ce Jésus auquel ils croyaient, ce  prophète qui devait libérer Israël est mort et en plus voici le troisième jour de sa mort et là normalement il devrait revenir à la vie, les femmes du groupe leur ont pourtant dit que son corps n’était plus dans le tombeau, qu’il était vivant, mais les hommes ne l’on pas vu.

Les disciples souhaitaient voir avec leur intelligence la résurrection de leur maître, voir avec leur savoir leur connaissance, pourtant c’est avec le cœur seulement qu’ils pourront le reconnaître…. plus tard ….lorsque Jésus rompra le pain. 

Pour l’heure les disciples après avoir pu dire, verbaliser, déposer ce qui les rendaient triste sont invités par Jésus à cheminer, à être enseigné, à être sensibilisé, Jésus devient le messager, il vient donner sens aux Ecritures et ouvre aux disciples une autre manière de voir. 

Arrivé au terme du voyage Jésus fait mine de continuer mais ce sont les disciples eux-mêmes qui le pressent de rester, Jésus par son enseignement a suscité le désir chez les deux hommes, désir de partager, désir d’en savoir plus, désir de prendre du temps sur leur chemin de vie pour être avec lui, envie de ne pas être seul, besoin de douceur et de compagnie… avec cet homme rencontré sur la route…

Jésus aurait pu s’irriter que ces deux compagnons qui ont pourtant partagé tant d’instants avec lui ne comprennent toujours pas le sens de sa venue sur terre…. Mais c’est avec patience, bienveillance lumineuse, douceur infinie qu’il prend le temps avec eux. Les disciples en ont besoin… 

C’est au moment de rompre le pain que là enfin ils le reconnaissent, leurs yeux sont ouverts et c’est justement à ce moment là qu’il se dérobe à leur regard, voilà qu’ils ont compris enfin qu’il faut croire avec le cœur et non avec l’intelligence, ils l’ont vu, ils ne le voient plus mais ils croient désormais qu’il est vraiment ressuscité. C’est par la foi et non par la vue que Jésus ressuscité veut être présent parmi les siens.

Et là tout change, après avoir reçu toute la bienveillance nécessaire, c’est de l’énergie et du peps qui leur faut…. on peut imaginer les disciples tout feu tout flamme, oubliant leur bonne manière, renversant chaises et nappe, ouvrant à toute volée la porte pour retourner d’où ils avaient fuit, les voilà relevés, ressuscités eux aussi, les voilà qui partent à la rencontre des autres pour dire leur merveilleuse rencontre sur le chemin d’Emmaüs. 

Sur le chemin de nos vies bien des fois comme les disciples nous tournons en rond, nous n’arrivons plus à avancer droit devant, nous ressassons sans cesse nos peines, nos souffrances, nos déceptions, nos pourquoi, mais Jésus souhaite faire un bout de chemin avec nous, c’est en sa compagnie qu’il peut nous offrir l’espace pour s’arrêter, pour dire, pour exprimer tristesses, colères, rancœurs, doutes et ses souffrances. 

Jésus vient nous offrir par son compagnonnage la possibilité de sortir de nos cercles sans fin… il nous ouvre un chemin différent, un chemin de résurrection, un chemin d’après Pâques, un chemin du cœur, de la foi, Jésus se fait voir mais en même temps disparaît à nos regards, ce n’est pas main dans la main de manière toute corporelle que nous sommes invités à cheminer avec lui, mais cœur à cœur dans la foi et l’espérance. 

Nous sommes tous en chemin, un chemin parfois difficile à vivre, un chemin à faire, un chemin tortueux, montagneux, parfois un chemin délicieux au bord d’un cours d’eau, mais dans tous nos chemins de vie, Jésus le Christ ressuscité nous cherche, cherche à marcher avec nous, cherche à faire halte avec nous, cherche à nous donner le temps pour dire, le temps pour se restaurer, le temps de la douceur à recevoir, et en même temps nous donner l’énergie de la foi, de la joie qui fait courir, vivre en plénitude !

Nous sommes en route, sur nos chemins d’Emmaüs Jésus vient à notre rencontre, nous ouvrir les yeux mais surtout le cœur et nous invite à toujours partir à sa recherche, découvrir les multiples signes de sa présence sur nos chemins de vie. Christ est ressuscité et c’est notre joie ! Il vit ! Amen.